Derniers Articles

#Unweekend… à Lyon

Hello tout le monde! J’espère que vous avez passé un bon début de semaine, ici on enchaine les journées pluvieuses pour mon plus grand bonheur, l’automne est enfin là. Vous l’avez sans doutes vu sur Instagram, nous avons passé un week-end à Lyon il y a dix jours. Lyon capitale de la gastronomie, la ville où l’on vient pour manger, et où l’on revient pour tout le reste. Nous sommes arrivés sans trop savoir où nous mettions les pieds, la ville nous a séduit. L’effervescence, les terrasses des cafés qui se remplissent au crépuscule, ses immenses marchés colorés… Lyon ne nous a pas déçu.

Nous avons adoré le peu de temps passé dans cette ville hyperactive, et même si je la connais très peu j’ai quelques adresses à vous partager.

Où loger?

Nous avons passé trois nuits à l’Hôtel Silky by Happyculture, en plein centre de la presqu’île, une situation géographique idéale. La station de métro Cordeliers est à une minute à pied et les environs directs sont parfaits pour manger ou boire un verre.

Inspiré d’une maison de négociants où fils et bobines de soie sont les éléments principaux de décoration, l’hôtel est un espace chaud et chaleureux comme je les aime. Et comme ce sont souvent les petites attentions qui comptent lorsqu’on part en voyage, la citronnade maison libanaise et les sourires du personnel nous font dire que c’est là bas qu’il faut faire escale à Lyon.

HELIOS_155LYONHELIOS_160

Que faire?

  • Flâner au Parc de la Tête d’Or. Vous pouvez visiter le jardin botanique du parc, des centaines de plantes du monde entier à découvrir dans des univers très différents, secs ou humides, arides ou tropicaux. Les serres sont vraiment magnifiques et c’est encore plus beau à l’intérieur, on a adoré. Les roseraies extérieures sont aussi très très belles et le parc dans sa globalité est sympa à visiter. Des dizaines d’oies se promènent dans les allées du parc, l’occasion de me faire de nouvelles copines. C’est la règle, un copain à plumes dans chaque destination! Malheureusement les petites barques étaient fermés lorsque nous étions là mais il est possible de faire un petite balade sur l’étang.
  • Parcourir les allées des Halles de Lyon-Paul Bocuse. Surnommé parfois le « ventre de Lyon », les halles sont un immense marché couvert regroupant près d’une cinquantaine de commerçants: écaillers, bouchers, charcutiers, fromagers, etc.  Lors de sa rénovation en 2006, hommage est rendu à Paul Bocuse, célèbre chef lyonnais qui venait s’approvisionner aux halles. Elles sont rebaptisées à son nom.
  • C’est de loin notre endroit préféré #teamgros, vous pouvez non seulement faire vos courses, votre marché, mais aussi profiter de l’ambiance des halles pour vous arrêter manger un morceau et même déjeuner. Un petit morceau de comptoir, un verre de vin et un plateau de fromages, le brouhaha des passants… On a adoré.

  • Grimper jusqu’à Notre Dame de Fourvière en ficelle. La ficelle, c’est le funiculaire vous permettant de rejoindre la Basilique depuis la vieille ville sans transpirer, et surtout, c’est à faire. Gros fail pour nous, le funiculaire était en travaux! Du coup, nous sommes montés à pieds pour découvrir le vue imprenable sur la ville.
  • Découvrir toutes les jolies places: Terreaux, Bellecour, Jacobins, etc.
  • Faire du shopping dans la rue de la République, cette artère piétonne regroupe bon nombre de grandes enseignes pour faire du shopping. Sa voisine parallèle est aussi pleine de petites boutiques!
  • Visiter le Vieux Lyon et ses petites rues pavées, prendre un café en regardant les passants.
  • Partir en quête des immenses fresques trompe l’oeil: la fresque des lyonnais ou encore la fresque des canuts.

HELIOS_161HELIOS_154HELIOS_162HELIOS_173HELIOS_175HELIOS_174HELIOS_165HELIOS_169HELIOS_168

Où manger?

A Lyon, on mange bien! La ville est réputée pour sa gastronomie et pour ses nombreux restaurants. Si vous nous connaissez bien, vous savez que nos voyages, c’est 80% de bouffe pour 20% de visites. Autant vous dire que l’idée de partir dans la capitale de la gastronomie nous donnait déjà l’eau à la bouche. Et les spécialités ne manquent pas: praluline, saucisson brioché, quenelle de brochet, coussins de Lyon, etc.

A notre arrivée nous avons déjeuné tout près de l’hôtel aux Fils à Maman (25, Rue de l’Arbre Sec, 69001). Il en existe un peu partout en France mais c’était la découverte pour nous. Le lieu est super sympa, jeune et dynamique à l’image de l’équipe. Un petit menu à 16,50euros pour une entrée (oeuf cocotte crème champignons poivrons), un plat (pièce de boeuf et gratin dauphinois) et un dessert (muffin au carambar!). Un très bon rapport qualité prix et des plats faits maison, on adore!

Qu’est-ce qu’une journée sans gouter? Clémentine nous emmène dans un bar à chocolat fondu (ok, je sais, à ce stade je t’ai déjà convaincu), Ikône, tout près de la Place des Terreaux, 13 Rue Constantine. C’est simple, il y a du chocolat quasiment partout! Fondue au chocolat à partager, crêpes ou gaufres, la gourmandise faite pour vous y est forcément. Du coup on est partis sur une petite gaufre au chocolat caramel beurre salé et une citronnade, à tomber.

HELIOS_182

Mais peut-on vraiment prétendre avoir visité Lyon sans avoir tester ses fameux bouchons? A l’origine, le terme désigne un lieu où on peut « machônner », les « mâchons » étant une sorte d’en-cas que prenaient les canuts, ouvriers de la soie. Leur journée commençait à l’aube, alors ils rigolaient pas avec le casse-croute! Aujourd’hui,  le bouchon, c’est un restaurant fait de convivialité et de spécialités telles que la cervelle de canut, le saucisson brioché, l’andouillette ou encore les tripes. Nous avons choisi de dîner au Musée (2 Rue des Forces, 69002) qui faisait partie des meilleurs bouchons sur TripAdvisor. Grattons, escargots briochés, andouillette et gratin dauphinois, on voulait du bouchon, on en a eu! Ambiance chaleureuse, patron et service adorable, si les abats vous rebutent n’hésitez plus, nous nous sommes régalés!

Mon seul regret est de ne pas avoir réussi à faire un brunch! Tout était complet DIMANCHE et Le Desjeuner (que j’avais repéré depuis looooongtemps) était fermé #FAIL. C’est un peu par hasard que nous avons atterri à The Crock’n’Roll, 1 Rue Désirée, 69002 dont la spécialité (vous l’aurez compris) sont les croques monsieur. Le lieu et le service sont super sympas, un petit bémol peut-être sur la taille des croques un peu « maigrichons » mais délicieux!

Bon, il est temps de vous parler de l’un des lieux que nous avons préféré: les Halles Paul Bocuse. C’est un peu le Disneyland de la bouffe, le paradis des épicuriens: écaillers, bouchers, chocolatiers, fromagers, volaillers, primeurs, les maisons d’excellence de la région lyonnaise y sont toutes représentées, près de 48 commerçants. C’est un lieu incontournable!

Il est à peu près possible de tout manger: viandes, poisson, crustacés, etc. le tout au beau milieu des allées, appuyés au comptoir. Nous avons adoré tant pour la diversité que pour l’ambiance! Nous avons déjeuner au AOC et y sommes retournés le lendemain pour un apéro fromage chez MONS.

Lorsque je voyage, je parcoure toutes sortes de sites pour l’organiser: blogs, articles de presse, sites officiels, etc. J’inaugure avec cet article une nouvelle catégorie #Unweekend qui, j’espère, servira à certaines d’entre vous pour l’organisation de voyages futurs. Gros bisous!

signature

Et si on parlait photo?

Salut salut! J’espère que vous avez toutes et tous passé un bon week-end! Ici on défait et on refait la valise, je rentre tout juste de mon premier voyage presse.. Et qu’est-ce que c’était chouette! Cet article est la suite directe de ce séjour à Ajaccio pour la phase test de la bague connectée #Aeklys (dont je vous parlerai plus longuement dans les prochains mois) puisque j’ai côtoyé pendant trois jours des personnes d’horizons très différents mais qui gravitent tous autour de l’image, qu’elle soit photo ou vidéo.

En fait, je me suis aperçue que si j’étais là avec vous, c’est pour l’amour des belles images.  J’ai toujours adoré ça, je peux passer des heures à trainer sur Instagram ou Pinterest!  J’aime y trouver de la couleur, du détail, de l’émotion! Mon père m’a offert mon premier reflex un peu par hasard, l’idée du beau cadeau sans vraiment savoir si j’allais accrocher ou s’il allait rester au placard. Et ben j’ai accroché, j’ai tellement accroché que je pouvais passer une heure sur un seul plan, une seule fleur, jusque’à obtenir exactement ce que je voulais. Oui, je suis ultra chiante. La macro a été mon premier amour et j’ai accumulé les publications dans les revues spécialisées, jusqu’à gagner un concours organisé par l’Institut de la Photographie grâce auquel j’ai pu suivre une formation d’un an à distance. Grâce à cette formation j’ai mi un cadre à ce que j’avais appris toute seule et m’a surtout beaucoup aidé à avoir confiance en moi.

J’ai peu à peu exploré de nouveaux domaines, mon nouveau moteur était la recherche d’émotions. Parce qu’être photographe c’est aussi rassurer une future mariée, tendre un mouchoir à un parrain ému, découvrir l’amour, le vrai, dans les yeux d’un père qui découvre sa petite fille dans sa robe de mariée. C’est rire aux éclats avec les invités, les mariés, les parents, les ami(e)s, poser parfois son appareil et simplement partager l’instant. C’est être l’acteur du souvenir, figer l’instant, le regard, un geste, une main tendue, une larme. C’est faire partie, un peu, des plus beaux instants d’une vie.

Souvenir. C’est en général la première vocation que l’on donne à la photo. C’est aujourd’hui mon but principal lorsque j’appuie sur le déclencheur. Lorsqu’on les regardera, on se dira peut-être « tu te souviens de la petite boutique juste en face? » ou « ce jour là on a mangé dans ce petit restaurant près de l’eau, un risotto de folie, c’était une belle journée ». C’est vrai, les photos sont toujours le reflet d’une belle journée.

Je peux retracer les beaux moments que j’ai passé, les rencontres, les déjeuners (tu as remarqué que j’aimais bien manger pas vrai?), les parfums, les odeurs, rien qu’en suivant les photos que je partage avec vous ici et là. Elles ont toutes une saveur particulière. Et après tout, n’est-ce pas la vraie vocation des réseaux sociaux que de partager ces petits bonheurs?

signature

2017, et après?

La période des fêtes est pour l’ensemble d’entre nous le temps du bilan. 12 mois viennent de s’écouler, les saisons ont passé et beaucoup de choses ont changé. A l’aube de la nouvelle année, il est temps pour moi aussi de revenir sur mes pas.

Il y a d’abord eu des voyages et ce coup de coeur pour Rome. J’ai laissé dans cette ville qui m’a tellement touchée et dans laquelle nous retournons à la fin du mois de janvier un petit bout de moi. Une escapade en amoureux que nous avons adoré. Et puis il y a eu Londres, la découverte de cet endroit cosmopolite à l’ambiance si particulière avec nos ami(e)s. Sans quitter notre île j’ai eu l’immense chance de passer un week-end à Porto Vecchio grâce au Groupe Ollandini, avant d’y revenir pour un autre week-end insolite au Cocoon Village. L’année s’est enfin terminée avec un week-end entre copines dans la capitale de Noël, Strasbourg. Un vrai bonheur pour l’amoureuse de Noël que je suis.

Je ne sais pas si 2018 sera une année de voyages, j’aime les surprises et me décider au dernier moment. Nous verrons ce que l’avenir nous réserve!

Il y a eu des rencontres, des collaborations, des soirées et tellement de beaux projets… Je dois dire que même avec le temps j’ai toujours autant de mal à réaliser ce que je vis sur les réseaux et grâce à eux. J’ai l’immense chance de pouvoir travailler avec des marques, des créateurs et des artistes que j’adore et je ne vous remercierais jamais assez pour tout ça! Merci à tous ceux qui m’ont fait confiance, pour ces moments partagés, pour toutes ces attentions et pour votre gentillesse.

L’aventure du blog est plus belle chaque jour, je savoure chaque instant et chaque opportunité que m’offre cette incroyable aventure à vos côtés. Et vous le savez, sans vous, rien ne serait possible. Merci infiniment de suivre mon petit quotidien, merci d’être qui vous êtes. De merveilleux projets se profilent déjà pour 2018, je vous emmène avec moi.

Enfin, pour parler de cette année sur le plan personnel, je dois dire que 2017 a été pleine de surprises, et quelles surprises… Si on m’avait dit au moment de mon bilan 2016 que 2017 serait si belle, je n’y aurai pas cru! Mais la vie nous réserve tellement de belles choses, et je suis persuadée que, quelque part, les personnes que j’ai aimé, profondément, veillent sur moi et sur cet avenir qui s’annonce si beau. Dès janvier, j’apprends que l’entretien d’embauche passé quelques jours plus tôt s’est bien passé: je suis embauchée en tant que commerciale en assurances. Trois mois plus tard je signais mon CDI. Toute la suite de mon année a été conditionnée par cette nouvelle. Et il faut dire que j’ai pas chômé.. A peine embauchée, je cherchais déjà un chez moi. En réalité, un chez nous ❤ Le seul est unique appartement que nous avons visité a été un véritable coup de coeur. Un appartement dans notre village, chez nous, niché au coeur de la Balagne. Un endroit qui sentait bon la vieille pierre et le charme des maisons d’avant avec ses escaliers et ses murs tordus. Nous signons l’achat le 5 septembre. L’aboutissement, le projet de toute une vie. Je suis tellement fière de vivre ici, là où j’ai grandis et vécu tellement de bons moments. Mes meilleurs souvenirs sont ici, les pierres respirent le bonheur et la douceur de ces soirées d’été passées auprès des miens. Le 5 septembre 2017 a été l’un des plus beaux jours de ma vie. Pour ne rien gâcher, je termine l’année avec un nouveau membre dans la famille. Vous l’avez découverte sur les réseaux, Nuciola est arrivée à la maison et je suis comme une gosse!

On dit que toutes les bonnes choses ont une fin, j’ai envie d’être optimiste et de vous dire que 2018 sera encore plus belle que 2017. Je vous souhaite très sincèrement à toutes et à tous une année pleine de surprises, de folie et de sourires. Que 2018 vous apporte amour, et joie et que vos projets se réalisent. Profitez des gens que vous aimez, prenez le temps parfois de regarder autour de vous et surtout.. Vivez. Soyez heureux vous qui faites de mon quotidien ordinaire un quotidien extraordinaire ❤

Bien affectueusement,

Mélanie

Strasbourg, capitale de Noël

Ma première visite à Strasbourg a été un vrai coup de coeur sur tous les plans. J’ai découvert une ville magnifique au charme indéniable parée de ses plus beaux atouts, emplie de lumières et de magie. Je me suis promis d’y revenir un jour, c’est chose faite aujourd’hui.

En cette période de Noël l’Alsace fait beaucoup parler d’elle, et pour cause. Le marché de Noël de Strasbourg est considéré comme l’un des plus grands et des plus beaux d’Europe. L’ambiance qui y règne durant tout le mois de décembre est magique pour les amoureux de Noël (oui comme moi j’avoue).

Il suffit de fermer les yeux. Fermer les yeux et sentir le parfum du vin chaud, de la cannelle. Entendre les immenses cloches de la Dame de Strasbourg sonner à la volée, les rires des enfants qui découvrent les personnages en pain d’épices, les extraordinaires décorations et devantures des magasins, des vitrines. Ecouter ces musiciens de rue, l’écho des instruments qui lézardent le long des imposantes façades de la cathédrale. Il suffit d’ouvrir les yeux. Ouvrir les yeux et observer les touristes et leurs yeux écarquillés, l’émerveillement, le bonheur sans doutes. Remarquer un couple d’amoureux enlacés.

Strasbourg c’est aussi les bretzels, les baguettes flambées, les maisons à colombages, le vin chaud, les petits biscuits en pain d’épices, les cigognes, l’accent inimitable des alsaciens et leur gentillesse. La ville accueille plusieurs marchés de Noël dans le centre historique de la ville, chacun est différent et, même s’il est vrai qu’on y retrouve souvent les mêmes choses, le cadre vaut toujours le détour. Si je devais vous donner un conseil? Profitez à fond, flâner dans les allées un verre de vin chaud à la main emmitouflé dans votre manteau. Mangez quelques spécialités, des marrons chauds, et levez les yeux: les décorations de la ville sont extraordinaires.

Strasbourg en deux jours

Premier jour

J’ai pour ma part logé à l’Hôtel Graffalgar, un établissement urbain et moderne tout près de la gare de Strasbourg. Chaque chambre est unique, carte blanche a été donnée à de nombreux artistes pour exprimer leur créativité. Un endroit vraiment sympa où les clients de l’hôtel côtoient ceux du restaurant et du « RDV » (espace rencontre, détente, vautrage, oui oui). J’occupais la chambre 408 Isogram. Pierre Frigeni y a peint une fresque de lignes très graphiques représentant ses explorations de Strasbourg en skateboard, tout un programme! Vraiment allez faire un tour sur leur site internet, les chambres sont incroyables.

Après un bon petit déjeuner, nous traversons Strasbourg de la gare à la Place Kléber, lieu emblématique de la ville. Au détour d’une rue, vous tomber nez à nez avec le magnifique sapin de plus de 30 mètres: premier « wouaaaaaah » (avec la tronche de demeurée qui va avec) du week-end. L’arbre est majestueux, et croyez-moi, vous êtes vraiment tout petit à côté!

Notre parcours nous emmène vers le premier marché, le Carré d’Or. Et qui dit premier marché, dit premiers achats. Si vous craquez pour un foie gras, une petite suspension pour votre sapin ou des saucisses truffées (si, je t’assure qu’il y en a) n’hésitez pas. Cela vous évitera les allées et venues entre les marchés qui ne sont pas tous proches. La Rue des Orfèvres est sans aucun doute la plus belle de la ville, entièrement décorée avec des vitrines et devantures justes folles! Et elle nous emmène au pied de la cathédrale, deuxième « wouaaaaah ». C’est le souvenir le plus marquant que je gardais de mon premier voyage, un édifice immense, écrasant et fou de détails! On en profite pour y entrer et découvrir ses immenses voûtes, l’orgue et surtout l’horloge astronomique.

Un petit creux? Nous déjeunons au Bistrot Coco au 8 Rue de l’Ecurie, près de la Place Gutenberg. Mention spéciale pour les magrets de canard qui démontaient et l’accueil sympathique. Nous avons passé un très bon moment dans un bel endroit.

Nous poursuivons notre chemin vers le quartier de la Petite France, le plus typique de Strasbourg. Le quartier abrite, lui aussi, son marché de Noël avec une douzaine de chalets. Toutes ces magnifiques petites rues nous ont fait rêver! Petit retour en arrière pour découvrir les chalets du marché Place Gutenberg qui accueille les pays invité. Cette année c’est l’Islande qui est mis à l’honneur. La fin d’après-midi offre sa plus belle lumière et, avec la tombée de la nuit, Strasbourg devient magique. Nous avons donc flâner dans ses rues, sur ses places, nous en avons profité pour découvrir de petites boutiques un peu partout.

Nous dinons au restaurant L’Impro, au 22 Rue des Moulins. L’occasion de découvrir quelques spécialités avec une assiette de tapas alsaciens et une petite (non, pas petite) choucroute!


Deuxième jour

Les jours sont trop courts à Strasbourg, et je repars comme la première fois avec cette sensation « eh ben je serai bien restée un jour de plus! ». Après un rapide petit déjeuner au Starbucks de la Place Kléber, nous voilà reparties. Nous terminons nos petits achats sur le marché de la Place de la Cathédrale, une petite promenade sur les quais et finalement nous atterrissons Aux Armes de Strasbourg pour le déjeuner, un peu par hasard. C’est un endroit très touristique mais dans lequel nous avons été super bien reçues, et en plus (ce qui ne gâche rien n’est-ce pas), on a bien mangé!

C’est le ventre bien remplie que nous arpentons les allées du christkindelsmärik (je tiens à présenter mes plus plates excuses à tous les alsaciens qui m’ont entendu le prononcé, j’ai honte). Sans doutes le marché le plus fréquenté par les touristes mais aussi le plus grand. Vin chaud, baguettes flambées, bretzels, c’est là bas qu’il faut aller si vous voulez grignoter en flânant devant les chalets de Noël.

C’est donc naturellement avec un cornet de marrons chauds que nous rejoignons les quais pour note dernière balade, et en bateau s’il vous plait. L’occasion de découvrir Strasbourg au fil de l’eau. La promenade fait le tour de la Grande Ile, nous embarquons au pied du Palais des Rohan pour franchir la Petite France, nous découvrons le Barrage Vauban, le quartier impérial de la Neustadt et enfin le quartier européen.

Le temps d’une dernière traversée de Strasbourg à pieds, une dernière fois avec des étoiles plein les yeux, dire au revoir à cette ville qui me touche toujours plus.. A l’année prochaine Strasbourg, j’ai laissé un petit morceau de mon coeur dans tes rues.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Snow white

Hello tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que vous avez passé un bon week-end! Je n’ai malheureusement pas le temps d’être aussi active que d’habitude sur les réseaux sociaux, il faut dire que l’un des plus beaux projets de ma vie se mets en place tout doucement. Celles et ceux qui me côtoient le savent, en ce moment, j’ai les mains dans la peinture.

Petite pause ce soir pour partager un look 100% confort et surtout 100% pièces préférées de tous les temps! Je porte un pantalon à pinces Benoa de l’hiver dernier, il passe aussi bien au bureau qu’en ville surtout avec mon t-shirt Francesca Antica Collection (merci Guillaume il est tellement cool je l’adore!). Le tout associé à mes Birkenstock cloutées,  mon sac Balenciaga et une ceinture western à double boucle shoppée chez Asos. Côté lunettes je porte un dupe des Céline déniché dans la boutique Bella Vita, 30 rue Clémenceau à Calvi.

Bref, un look bien dans mes birk.

 – SHOP THE LOOK –

Ceinture western à double boucle Asos  – T-shirt Francesca Antica Collection – Sandales Arizona Birkenstock – Pantalon à pinces Benoa – Lunettes de soleil Bella Vita – Sac papier A6 Balenziaga.

Look 2-2Look 2-5Look 2-6Look 2-8Look 2-1Look 2-4Look 2-7Look 2-3

signature

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Sorry, not sorry

Hello les filles,

J’espère que vous avez bien profité de votre week-end, pour moi c’est open hour, je ne reprends que mercredi! Et c’était un minimum après une semaine aussi chargée sur tous les plans.

Déjà ma troisième tenue ce mois-ci, je crois que j’ai fini par prendre le pli et que publier des looks commence à me plaire même si j’ai toujours autant de mal à regarder les photos et à toutes les assumer. J’ai construis cette tenue autour de l’une des paires de chaussures tendance de l’été, les espadrilles. En tissu, en cuir, en vinyle, en couleurs, compensées ou plates: on les voit PAR-TOUT! Et si j’avoue avoir eu un peu de mal au départ, j’ai finalement craqué pour un modèle en jean « sorry, not sorry ».

L’autre pièce forte c’est ce sac Prada Galleria. Pas facile à porter vous allez me dire, et clairement vous avez raison. Surtout lorsqu’on est plutôt classique comme moi. Je le porte en général avec des tenues très sobres: mon short en jean destroy et un chemisier tout en légèreté.

Les bijoux que je porte sont les mêmes que ceux détaillés ici et mon ras de cou Gigi Clozeau.

 – SHOP THE LOOK –

Short Pimkie – Ras de cou Gigi Clozeau

Look 3-1Look 3-10Look 3-6Look 3-3Look 3-13Look 3-12Look 3-9Look 3-7Look 3-11Look 3-5

signature

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Golden hour

Hello tout le monde,

On ne m’arrête plus, on se retrouve ce soir pour un look tout en simplicité avec le coucher de soleil en toile de fond. Une tenue qui sent bon les soirées d’été et les vacances. Une petite robe, une paire de sandales et le tour est joué, c’est aussi ça les vacances.

Pour cette tenue je porte l’une de mes robes préférées, une robe longue au dos croisé shoppée dans la petite boutique Incognito à Calvi avec mes sandales K Jacques. Côté accessoires je porte mon sac (de l’amour) Jelsa Rose & Joséphine de la collection A/W 2016. Vous pouvez d’ailleurs retrouver la nouvelle collection à L’Adresse accessoires à Corte ou en ligne sur www.roseetjosephine.com avec un coup de coeur pour les modèles Camden Autruche, Cambridge Python et Ellora crocodile rouge.

A mes poignets les éternels bracelets en or et résine Gigi Clozeau et le jonc plume amazonite Dear Charlotte.

 – SHOP THE LOOK –

Robe longue sans marque Incognito – Sandales Epicure K Jacques – Sac Jelsa Rose & Joséphine – Jonc Dear Charlotte boutique Marie et Lou.

Look 1-2Look 1-5Look 1-7Look 1-3Look 1-6Look 1-8Look 1-4Look 1-1

signature

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Floral dress

Bonsoir à toutes,

J’espère que vous profitez de votre été et de vos vacances pour celles qui ont la chance d’en avoir. De mon côté me revoilà après plusieurs semaines d’absence sur le blog avec un défi de taille.

Celles qui me connaissent bien savent que je ne suis pas très à l’aise avec mon corps, et notamment avec mes jambes. La vie ne m’a pas vraiment fait de cadeaux des pieds aux hanches: rétention d’eau, mauvaise circulation et peau d’orange (ouais la totale c’est un bonheur). Du coup, l’été est une saison un peu compliquée. Je suis toujours gênée de devoir montrer mes jambons jambes et l’épreuve du short ou de la jupette est toujours un moment critique!

Cette année, après avoir perdu 7kg (un peu fière kanmême), je me fais violence pour partager ici, avec vous, quelques photos en robe.

Pour ce look je porte une robe fleurie qui faisait partie d’une petite commande SheIn et que j’aime beaucoup, des sandales Morena Gabbrielli shoppées dans une boutique de la citadelle de Bonifacio et le petit dernier le Trio Céline rouge. Depuis le temps qu’il me faisait de l’oeil, c’est finalement grâce à Gwen qu’il rejoint ma petite collection!

Côté bijoux, je porte ces bracelets tous les jours depuis le début de l’été tellement je les aime. Les bracelets Gigi Clozeau, eux, ne me quittent jamais.

 – SHOP THE LOOK –

Robe fleurie SheIn – Sandales Morena Gabbrielli – Pochette Trio Céline – Lunettes de soleil Ray-Ban – Accumulation de bracelets en or et résine Gigi Clozeau – Jonc avec pierres prunes sans marque – Jonc avec pierres roses et bleues Luma Jewels (offert par mes meilleures copines <3) – Jonc « Amicizia » Atelier Paulin (offert par mes copines aussi, trop gâtée).

Look 4-9Look 4-6Look 4-10Look 4-4Look 4-3Look 4-7Look 4-8Look 4-5Look 4-11Look 4-2

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

La Corse, mes bonnes adresses #Food

La Corse est belle, cette vérité me saute un peu plus aux yeux chaque jour à travers tellement d’aspects. Du nord au sud, de la mer à la montagne, la Corse est si belle. Avec l’habitude on l’oublie parfois, mais il suffit d’ouvrir les yeux, de regarder autour de nous pour nous en apercevoir.

Au-delà de ses paysages, la Corse regorge de beaux endroits, isolés, lumineux, sur la plage, en montagne, parfois (souvent) exceptionnels. Cet article est l’occasion pour moi de regrouper tous ces endroits où j’ai eu l’occasion et la chance de passer un moment, j’espère que grâce à moi vous aussi vous vivrez des moments uniques.

J’ai mangé dans des dizaines de restaurants dans toutes les gammes de prix et de qualité, mon amour inconditionnel pour la bouffe m’a parfois réservé des mauvaises surprises mais aussi (et heureusement) de véritables coups de coeur.

la Gaffe, Saint Florent. Déjeuner face au port.

A l’occasion d’un week-end dans le cap nous ne savions pas vraiment où déjeuner, si nous connaissons Saint-Florent les restaurants y sont tellement nombreux qu’il y a de quoi se perdre. Je dois avouer qu’Instagram est mon meilleur allié pour découvrir de chouettes endroits, c’est vrai une fois de plus.

Installés à quelques mètres à peine de la mer, vue imprenable sur les dizaines de bateaux amarrés au port et sur les montagnes en arrière plan, le ton est donné.

De l’amuse bouche (ok j’ai adoré l’amuse bouche mais genre vraiment) au dessert tout a été parfait, délicieux! Des équilibres parfaits entre les saveurs et une présentation digne des plus grands restaurants et pour cause. Nous nous sommes régalés, l’une des meilleures adresses testées jusqu’à aujourd’hui.

L'Oasis Santa Giulia, Porto Vecchio. Du producteur aux transats.

La promesse de L’Oasis, c’est de profiter d’un cadre exceptionnel dans le respect d’un engagement éco-responsable. Tout y est bio, du mobilier aux snacks en passant par la décoration et les boissons. Et lorsqu’on ouvre un peu plus grand les yeux pour admirer le paysage, cette immense étendue de sable fin sur fond de mer turquoise, c’est finalement peut-être d’un établissement comme celui-ci dont Porto Vecchio avait besoin.

Dans l’assiette aussi on mise sur les circuits courts et le bio: des tartines salées et sucrées, des plateaux de fruits et de légumes de producteurs locaux, même les vins sont bio! Une petite bière les pieds dans l’eau? L’Oasis propose de la location de transats, de sunbeds et de petits salons VIP pour lézarder au soleil, et en plus.. la bière aussi est bio! Un concept que nous avons vraiment adoré, tout a été parfait (oui messieurs dames, parfait).

Un petit cocon avec vue imprenable sur une eau transparente, plus qu’un bar de plage c’est une philosophie que l’on adopte le temps d’une journée à L’Oasis. Une tartine de brocciu passu, confiture de figues et canistrelli, un jus concombre, citron, carotte et nectarine (il change en fonction des produits disponibles) au fond d’un hamac les doigts de pieds en éventail.. Vous voyez le genre?

 

Le Rendez-Vous, L'Ile Rousse. Ma cantine.

Véritable QG depuis plusieurs années, c’est LA découverte du siècle grâce à ma copine Anne-Laure (je crois qu’en fait ce jour-là tu voulais ma peau). Les produits sont frais, les suggestions et plats du jour originaux et le service toujours impeccable.

Lorsqu’on veut bien manger, qu’on ne veut pas se tromper, c’est là bas que nous mangeons!

Un petit cocon au coeur de la vieille ville avec vue sur la mer et la Marinella.

La Cabane du Lotu, plage du Lotu. Seuls au monde.

La plage du Lotu est l’une de mes préférées, je crois qu’on peut dire qu’elle fait partie des plus belles plages de corse (à l’aise). Accessible uniquement par bateau ou en 4×4, elle reste sauvage même si elle est assaillie par des centaines de touristes par jour en pleine saison. Vous y croiserez peut-être des vaches, mais sûrement pas de paillotes servant glaces, sandwichs et cacahuètes.

Mais non loin de l’embarcadère, cachée sous les arbres et bercée par le chant des cigales (si, j’te jure) et le bruit des vagues se trouve la Cabane du Lotu. Si vous voulez vous faire une petite idée du paradis, c’est là-bas qu’il faut déjeuner. Une parenthèse d’ombre et de fraicheur autour de plats simples mais maison, à quelques mètres de la mer et des pêcheurs.

 

Le Coffee Cortenais, Corte. Bistrot américain.

Le Coffee Cortenais fait partie des incontournables de la cité étudiante. Concept de bistrot à l’américaine jusque dans la déco avec une atmosphère old school, des chaises dépareillées, des bancs d’école, de grandes ardoises et le Mont Rushmore en toile de fond, c’est l’endroit idéal pour un burger! Et des burgers, il y en a plein la carte, mais je ne vous citerai que celui qui a conquis mon coeur (et mon estomac, surtout), Le Bacon (Bun, cheddar, boeuf, double bacon, laitue, tomate, pickles et sauce cocktail). Vous pourrez aussi y manger des omelettes, des oeufs bacon ou plus simplement et depuis peu des salades, sans compter le burger de la semaine qui n’est pas à la carte.

Mais attention, hors de question pour vous de manger au Coffee Contenais sans prendre un dessert! Du brownie au french toast (le pain perdu au Nutella) en passant par le meilleur cheesecake de Corse (non non, j’abuse même pas), ils sont incontournables et faits maison.

Le bistrot respecte une charte qualité dont les principaux engagements sont des aliments de qualité dont un pain de la boulangerie Casanova (juste en face!), une viande 100% pur boeuf charolais, des fromages certifiés qualité pretium, des oeufs bio mais aussi des sauces, desserts et frites maison! Alors je vous l’accorde, il y a plus diet qu’un burger, mais avec tous ces arguments c’est 0 culpabilité à la sortie 😉

 

Le Via Marine Resto, Calvi. Au-dessus des bateaux.

On y mange la meilleure salade de poulpe de tous les temps! C’est devenu compliqué de bien manger dans une ville qui compte des dizaines de restaurants attrape touristes, et sans déconner c’est devenu monnaie courante.

Alors on se pose juste au-dessus du port de Calvi avec vue sur la mer, les bateaux et la citadelle et on profite d’un moment au-dessus du tumulte de la saison.

L'Hôtel Mariosa, Porto Vecchio. Pour un brunch exceptionnel.

C’est dans un cadre exceptionnel, les pieds dans l’eau, que l’Hôtel Mariosa vous accueille tous les dimanches pour son brunch dominical. Après plusieurs semaines à en avoir l’eau à la bouche grâce à leur profil Instagram, c’est là-bas que j’ai choisi d’emmener Léa pour finir notre week-end en beauté.

L’Hôtel propose un IM-MEN-SE choix de sucré et de salé à volonté, des sélections de pains et de produits de qualité: une palette de couleurs et de saveurs, il y en a tellement qu’on ne sait plus où donner de la tête.  Le brunch est accessible pour 35€ par personne hors boisson, un budget plus que raisonnable au regard du lieu et du choix proposé.

Une super découverte qui m’a donné envie d’y revenir et surtout pour y passer la nuit, l’établissement est une merveille.

signature

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

A few days in London

Hello tout le monde! J’espère que vous allez bien et que, comme moi, vous profitez bien de ces longs week-ends que nous offre le mois de mai cette année. C’est fraichement rentrée de notre week-end à Londres que je vous retrouve pour une petite rétrospective.

C’est à dix que nous sommes partis pour quelques jours dans la surprenant Londres pour découvrir ses bus à deux étages, ses cabines téléphoniques rouges, Big Ben et son atmosphère si particulière. Pour une fois, j’ai laissé ma folie de l’organisation de côté pour me laisser guider par Anne-Laure qui connait bien la ville et surtout par les envies de tous. Entre marchés, pubs et écureuils, je vous livre notre programme pour ne pas perdre une minute dans cette ville qui vit à cent à l’heure.

Jour 1 – Big Ben, Old spitafield market & Shoreditch

Nous logions au Space Apart Hotel tout près d’Hyde Park dans le quartier de Westminster, un petit studio tout mignon très bien placé, d’une propreté irréprochable avec un personnel vraiment agréable. Arrivés à plus d’une heure du matin la veille, un bon petit déjeuner était de rigueur dans l’un des restaurants Aubaine avant de sauter dans un taxi direction Big Ben.

Mais avant cela nous traversons Hyde Park. J’ai les poches pleines de noisettes et d’amandes, je me fais aussitôt racketter par les écureuils. Dans l’herbe, les arbres, ils courent et sautent de branche en branche pour le plus grand bonheur des enfants que nous sommes (j’étais en folie folle).

Lorsqu’on pense à Londres c’est bien sûr l’incontournable Big Ben que l’on a à l’esprit, cette immense horloge dont le bâtiment principal habite le Parlement. The London Eye nous salue depuis l’autre rive de la Tamise, un artiste de rue joue de la cornemuse (ne me demandez pas s’il avait un slip sous son kilt), nous sommes dans l’ambiance.

Avant de grimper dans la roue, nous décidons de faire l’attraction The London Dungeon. Nous sommes envoyés de pièces en pièces et suivons un scénario qui évolue au fil de nos rencontre avec les acteurs: traitres à la monarchie, serial killers, peste noire.. Tout est fait pour nous faire flipper au maximum et ça marche. Une attraction à faire pour une bonne rigolade si vous visitez Londres entre ami(e)s. Dès la sortie nous filons dans la file d’attente du London Eye avant de nous élever à plus de 135 mètres de hauteur pour une vue à 360° sur Londres (et un bon mal de mer à l’arrivée).

Big Ben, London Eye

LONDRES-22-3LONDRES-23LONDRES-22LONDRES-1LONDRES-2LONDRES-13-2LONDRES-26-2LONDRES-18-3LONDRES-14-2LONDRES-12-2LONDRES-15-2LONDRES-11-2

Après en avoir pris plein les yeux, un nouveau taxi nous emporte direction le Old Spitafield Market. Ce grand marché couvert abrite de grandes enseignes telles que Chanel ou Jo Malone, mais aussi de petits exposants et créateurs de bijoux, vêtements et accessoires ou encore de tout plein de stands et restaurants où l’on peut boire et manger. C’est d’ailleurs au Gourmet Burger Kitchen que nous déjeunons ce jour là, restaurant qui a la réputation de servir les meilleurs burgers de Londres (rien que ça), et ce n’est pas une légende. Ils étaient terribles! L’occasion également de gouter nos premières cheese fries, frites avec du fromage fondu, un délice.

Old Spitafield Market

LONDRES-9LONDRES-7LONDRES-6LONDRES-3LONDRES-21-3LONDRES-21-2LONDRES-4LONDRES-5LONDRES-8LONDRES-22-2

Une fois le ventre plein et nos petites jambes reposées, nous marchons vers le quartier de Shoreditch. Ce quartier est le plus déconcertant que nous ayons traversé. Chaque mur, chaque porte est devenu la toile d’un artiste de rue passé par là. Du splendide portrait indien aux graffitis plus trash c’est une galerie à ciel ouvert. Nous tombons sur un autre petit marché, le Backyard Market: brocanteurs, objets anciens, créateurs branchés et stands de nourriture exotique (et des hot dogs mon gars je t’en dis rien). L’occasion de flâner et de faire quelques achats.

Notre journée se termine au Jamie Oliver’s à Piccadilly Circus pour un plat de pâtes carbonara avant une bonne nuit pour reposer nos petits pieds: une grosse journée nous attend.

Shoreditch

LONDRES-16LONDRES-12LONDRES-5-3LONDRES-11LONDRES-14LONDRES-15LONDRES-12-3LONDRES-10-3LONDRES-20LONDRES-13LONDRES-10Graffiti_in_Shoreditch,_London_-_Elephant_by_Alexis_Diaz_(9422258885)LONDRES-1-4LONDRES-11-3LONDRES-19-3LONDRES-9-3LONDRES-2-3LONDRES-17

Jour 2 – Camden town, Covent garden & Soho

Le jour se lève sur Londres et le programme de notre journée s’annonce chargé. Un petit déjeuner anglais s’impose pour tenir le rythme. Pancakes, saucisses, bacon, haricots et pommes de terre, un café et en avant!

Notre première étape est la visite du quartier gothique, Camden Town. L’endroit est très (trop?) touristique, il y a énormément de monde partout, tout le temps. La foule est attirée par toutes ces boutiques aux looks incroyables, d’immenses chaussures ou têtes d’éléphant au-dessus des entrées.

Nous promenons jusqu’au Camden Lock Market où les stands de cuisine du monde côtoient cupcakes et donuts, les parfums de chocolat fondu vous chatouillent les narines et ce qui devait arriver arriva.. Tournée générale de mini pancakes au nutella et brochettes de fraises. Tout ça avant d’aller boire une bière au pub The World’s ends (#vousavezdiscalories?), point de chute d’Amy Whinehouse et, selon la devanture, le plus grand pub du monde.

Camden Town

LONDRES-16-2LONDRES-20-2LONDRES-19-2LONDRES-18-2LONDRES-24LONDRES-1-3LONDRES-23-2LONDRES-20-3

Un énième taxi nous emmène jusqu’au Covent Garden, merveille architecturale qui attire des visiteurs du monde entier. Le bâtiment abrite magasins, restaurants et stands de toutes sortes. C’est sans aucun doute l’endroit que j’ai préféré à Londres avec toutes ces enseignes, les musiciens et chanteurs d’opéra dans le grand hall. Nous déjeunons dans l’un des célèbres Shake Schack, histoire de vérifier que leur réputation est fondée (validée).

Nous sommes tout près du Hardy’s Original Sweetshop, la tentation est trop forte. Hop, une petit passage dans le temple du bonbon et des sucreries pour ramener quelques douceurs (ce qu’on vous dit pas c’est qu’on en a mangé la moitié avant de rentrer).

Covent Garden

LONDRES-8-2LONDRES-14-3LONDRES-4-3LONDRES-9-2LONDRES-10-2LONDRES-21LONDRES-15-3LONDRES-27-2LONDRES-19

Dernier stop de notre journée, nous atterrissons à Piccadilly Circus dans le quartier branchouille de Soho. Après un bref passage dans le célébrissime magasin M&M’s (j’avoue il est génial) nous nous mettons à la recherche du non moins célèbre Ice Bar. 20 minutes à -7 degrés dans un décor surréaliste entièrement taillé dans la glace, même les verres! Une super expérience.

Nous dinons à l’Angus Steakhouse de Piccadilly Circus et terminons notre soirée au casino. Une grande première pour moi qui n’avais jamais mi les pieds dans ce type d’établissement. Bilan: -30 livres (#chatnoir).

Soho

LONDRES-16-3LONDRES-6-2LONDRES-29LONDRES-7-3LONDRES-30LONDRES-17-3

Jour 3 – Notting Hill

The last day, ou devrais-je dire dernière matinée. Après un petit déjeuner vite expédié au Starbucks, nous décidons de visiter le tellement mignon Notting Hill à 500 mètres de nos appartements. Petites maisons en enfilade aux façades colorées, glycines et fleurs à toutes les fenêtres, je suis amoureuse.

Le quartier est connu pour ses jolies maisons mais aussi pour ses antiquaires et notamment le Portobello Market qui regroupe des centaines de stands et magasins. Il s’agit de la plus grosse concentration d’antiquités au monde. Balles de cricket anciennes, porcelaine anglaise, horloges et montres à gousset, téléphones, appareils photo d’un autre temps.. C’est le paradis des chineurs et des touristes en quête d’authenticité et de souvenirs originaux (cf. Les 10kg de tasses que j’ai ramené).

A peine le temps de fouiller sur les étales et de faire quelques achats que sonne déjà la fin de notre voyage. Une longue après-midi de voyage nous attend pour retrouver notre Corse. S’il est vrai que Londres ne faisait pas partie de mes destinations préférées, j’ai adoré cette ville. Les anglais sont tellement accueillants, drôles et ouverts et malgré le fait que tout soit surdimensionné là-bas, la ville reste d’une grande convivialité. See you soon London.

Notting Hill

LONDRES-4-2LONDRES-27LONDRES-18LONDRES-1-2LONDRES-25LONDRES-2-2LONDRES-3-2LONDRES-13-3LONDRES-31

Mention spéciale pour Marine & Anne-Laure à qui j’ai piqué (honte à moi) quelques photos du voyage 🙂